Syndrome métabolique

Dès 1988, l’endocrinologue américain G. M. Reaven (Stanford University) qualifie de «syndrome X» un ensemble de symptômes – ovaires polykystiques, apnées du sommeil, stéatose hépatique («foie gras») non alcoolique et certains cancers – fréquemment observés chez les personnes ayant un taux d’insuline trop élevé (hyperinsulinémie) (1-8). En effet, dans les années qui précédent le diagnostic d’un diabète de type 2, le corps perd sa sensibilité à l’insuline et doit par conséquent en produire de plus en plus pour obtenir la même réponse : l’absorption du glucose (un sucre), en circulation dans le sang, par les cellules du corps. Toutefois, l’insuline est une hormone qui a également d’autres effets : c’est un anabolisant qui favorise la production de graisse (lipogenèse), y compris dans le foie (stéatose), augmente ainsi le taux de graisse dans le sang (triglycéridémie) et en freine la dégradation (lipolyse) dans le but de l’utiliser pour les besoins énergétiques du corps (9).
Face à la difficulté pratique du diagnostic de cette résistance, des paramètres plus facilement mesurables ont été pris en considération par d’autres auteurs pour établir le «syndrome métabolique» (10). Ces paramètres englobent généralement l’obésité abdominale, l’hypertension artérielle, ainsi que des symptômes associés à la résistance à l’insuline : taux élevés de triglycérides et glucose sanguins et taux faible «bon cholestérol» (HDL). Si sur les 5 valeurs prises en compte, au moins trois dépassent des limites fixées plus sévèrement que si l’on envisage chaque paramètre seul, le patient souffre du syndrome métabolique. Récemment, six organisations ont établi un consensus provisoire autour d’une définition unique du syndrome métabolique (11).

Tableau : Critères communs à 6 organisations* pour définir le syndrome métabolique, d’après Alberti et al. (11).
Au moins 3 des 5 valeurs limites doivent être atteintes pour diagnostiquer le syndrome métabolique.

En 2010, une commission d’experts mandatée par l’OMS est arrivée à la conclusion que la notion de « syndrome métabolique » n’est pas une maladie – l’on peut soigner chacune de ses composantes individuellement – mais un outil de prévention en tant qu’indicateur de risque de développer des maladies chroniques telles que le diabète et les affections cardiovasculaires (12).

1. Reaven, G.M., 1988 : Role of insulin resistance in human disease. Banting lecture. Diabetes, 37 (12), 1595-1607.
2. Reaven, G.M., 1990 : Insulin and hypertension. Clin. Exp. Hypertens. A., 12 (5), 803-816.
3. Reaven, G.M., 1991 : Relationship between insulin resistance and hypertension. Diabetes Care, 14, suppl. 4, 33-38.
4. Reaven, G.M., 1993 : Role of insulin resistance in human disease (syndrome X) : an expanded definition. Annu. Rev. Med., 44, 121-131.
5. Reaven, G.M., 1994 : Syndrome X : 6 years later. J Intern Med. Suppl., 736, 13-22.
6. Reaven, G.M., 1998 : Insulin resistance and human disease : a short history. J Basic 
Clin. Physiol. Pharmacol., 9 (2-4), 387-406.
7. Reaven, G.M., 2005a : Why syndrome X ? From Harold Himswirth to the insulin 
resistance syndrome. Cell Metabolism, 1, 9-14.
8. Reaven, G.M., 2005b: Insulin resistance, the insulin resistance syndrome, and cardiovascular disease. Panminerva Med, 47 (4), 201-210.
9. In Silbernagl, S., Despopoulos, A., 2007 : Taschenatlas Physiologie. Siebte Auflage. Georg Thieme Verlag, Stuttgart, Deutschland. 441 pages.
10. In Bray, G.A., 2007 : The metabolic syndrome and obesity. Humana Press, Totowa, New Jersey, USA. 303 pages.
11. Alberti, K.G.M.M. et al., 2009 : Harmonizing the metabolic syndrome : A joint interim statement of the Internaional Diabetes Federation task force on epidemiology and prevention ; National Heart, Lung, and Blood Institute ; American Heart association ; World Heart Federation ; International Atherosclerosis Society ; and International Association for the Study of Obesity.
12. Simmons, R.K., Alberti K.G.M.M, Gale, E.A.M., Colagiuri, S., Tuomilehto, J., Qiao, Q., Ramachandran, A., Tajima, N., Brajkovich Mirchov, I., Ben-Nakhi, A., Reaven, G., Hama Sambo, B., Mendis, S., Roglic, G., 2010 : The metabolic syndrome : useful concept or clinical tool ? Report of a WHO expert consultation. Diabetologia, 53, 600- 605.